Réussissez votre
Certification AMF

Accédez à plus de 2000 questions corrigées couvrant le programme officiel 2024 de la certification AMF. Révisez chapitre par chapitre, épinglez vos questions préférées, suivez votre progression grace à des statistiques détaillées et entraînez-vous de manière intensive avec nos examens blancs.

4,8/5 sur plus de 500 avis

Plus de 500 clients satisfaits, dont des employés et étudiants de :


Préparez votre Certification AMF
Accédez à plus de 2000 questions !

AMF Certification : 20 questions du programme gratuites !

PSI AMF : qui doit avoir la certification AMF ?

La certification AMF s’adresse aux Prestataires de Services d’Investissement (PSI) : vendeurs, gérants, responsables du postmarché et compensateurs d’instruments financiers, analystes financiers, négociateurs d’instruments financiers, responsables de la conformité et du contrôle interne (RCCI) et responsables de la conformité pour les services d’investissements (RCSI).

Cette certification est obligatoire à l’exercice des fonctions pour les prestataires de services financiers dans les six premiers mois suivant la prise de poste.

Si vous êtes étudiant dans le domaine des banques et des sociétés de gestion, vous pouvez préparer l’examen, la certification AMF est un véritable atout sur le CV.

AMF Certification : retrouvez 20 questions gratuites du programme du thème « Les relations avec les clients »

amf certification questions

Pour vous préparer au programme de la certification AMF, retrouvez 20 questions issues du chapitre : « Les relations avec les clients ». Elles sont toutes issues du programme 2022.

Dans ces questions à choix multiples, une seule réponse est vraie :

1 : Que peut-on dire de la Politique d’exécution d’un PSI autre qu’une SGP ?
A. Le client ne doit pas connaître le détail de cette politique, qui est confidentielle
B. Le client doit donner son accord à cette politique à l’issue de chaque opération
C. Le client doit donner son accord préalable à cette politique d’exécution

2 : Quelle est la réglementation concernant la commercialisation des options binaires ?
A. La commercialisation d’options binaires est autorisée en France pour les clients particuliers de catégorie professionnelle
B. La commercialisation d’options binaires est interdite en France mais demeure autorisée en Europe
C. La commercialisation d’options binaires est interdite pour les clients particuliers à l’échelle européenne

3 : Parmi les affirmations suivantes relatives aux droits de garde pouvant être facturés au client dans le cadre d’un investissement en actions cotées en bourse, laquelle est correcte ?
A. Ces frais ne sont jamais négociables
B. Ces frais correspondent à la conservation des titres et aux opérations administratives effectuées pour le compte du client
C. Ces frais représentent en moyenne 10% du montant total du portefeuille

4 : Dans quel cas la commission de gestion d’un OPC peut-elle comprendre une part variable liée à la surperformance de l’OPC ?
A. Lorsqu’elle est expressément prévue dans le DICI et qu’elle est cohérente avec l’objectif de gestion
B. Lorsque la société de gestion estime qu’elle est raisonnablement justifiée
C. Lorsque cette surperformance est imprévue et supérieure à l’objectif de gestion

5 : Quelles sont les obligations du PSI lorsque l’ordre du client est exécuté par tranches ?
A. Le PSI peut informer le client soit du prix de chaque tranche, soit du prix moyen
B. Le PSI doit impérativement donner le prix détaillé de chaque tranche
C. Le PSI doit donner un prix global sans détails car il ne les reçoit pas lui-même

6 : La société de gestion de portefeuille d’OPCVM doit-elle informer l’investisseur de l’état de l’exécution de son ordre ?
A. Oui, à sa demande
B. Non, cela ne présente aucun intérêt
C. Oui, automatiquement

7 : Quel est l’objectif de l’évaluation de l’adéquation réalisée par les prestataires de services d’investissement dans le cadre de la fourniture de services d’investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers à des clients ?
A. Amener leurs clients à décider par eux-mêmes du caractère adéquat ou non d’un investissement
B. Permettre à ces prestataires d’agir au mieux des intérêts de leurs clients
C. Faire peser sur le client la responsabilité de la reconnaissance du caractère adéquat d’un investissement

8 : L’information à recueillir auprès des clients non professionnels, avant tout conseil en investissement :
A. Porte également sur leur degré de tolérance au risque et leur capacité à faire face aux pertes
B. Concerne uniquement leur situation financière
C. Concerne uniquement leurs objectifs d’investissement

9 : Dans quel cas le conseiller en investissements financiers manque-t-il à ses obligations de recueil d’informations ?
A. Lorsqu’il n’a pas pris de mesures pour garantir la cohérence des informations communiquées par le client
B. Lorsqu’il réunit des éléments suffisants compte tenu du service fourni ou du produit proposé
C. Lorsque le prestataire refuse de fournir le service ou de proposer un produit à un client non professionnel quand celui-ci refuse de répondre à tout questionnaire d’informations

10 : Dans quel cas le client professionnel est-il traité comme un client non professionnel pour des services d’investissement ou des transactions déterminées ?
A. S’il en fait la demande et si le prestataire accepte
B. Dès qu’il en fait la demande
C. Seulement si la demande porte sur la totalité des services d’investissement ou des transactions

11 : Le prestataire de services d’investissement doit-il revoir régulièrement la catégorisation de ses clients ?
A. Le prestataire qui constate qu’un client professionnel ou une contrepartie éligible par nature ne remplit plus les conditions relatives à sa catégorie doit prendre les mesures appropriées
B. La catégorisation d’un client est définitive, elle ne peut être modifiée
C. Le prestataire peut changer unilatéralement un client non professionnel de catégorie

12 : Lorsqu’un client non professionnel d’un prestataire de services d’investissement autre qu’une société de gestion de portefeuille souhaite renoncer à une partie de la protection que lui offrent les règles de bonne conduite applicables à la profession :
A. Cette diminution de la protection n’est réputée valide qu’à la condition qu’une évaluation adéquate de la compétence, de l’expérience et des connaissances du client procure au PSI l’assurance raisonnable que celui-ci est en mesure de prendre ses décisions
B. Ledit client est alors présumé posséder une connaissance et une expérience du marché comparables à celles des clients professionnels
C. Le prestataire de services d’investissement peut traiter ce client non professionnel comme un client professionnel à la seule condition que ce dernier le lui en fasse la demande expresse et explicite par courrier recommandé avec accusé de réception

13 : Les frais liés à un investissement dans un placement collectif :
A. Sont précisés aux clients uniquement s’ils en font la demande expresse par écrit
B. Sont présentés en détail dans le document d’information clé pour l’investisseur (DICI) et sous la forme d’un montant global en pourcentage dans le prospectus
C. Sont présentés sous la forme d’un montant global en pourcentage dans le document d’information clé pour l’investisseur (DICI) et en détail dans le prospectus

14 : Lors de la commercialisation d’un produit financier, l’indication des coûts totaux dans la documentation remise aux clients :
A. Est imposée par la réglementation
B. Est interdite car elle oblige à faire des simulations pour certains frais
C. Relève d’un service à valeur ajoutée apprécié par les clients

15 : L’information à caractère promotionnel adressée à un client par un prestataire de services d’investissement est-elle réglementée ?
A. Non, la réglementation de l’information concerne les informations à caractère officiel mais pas les informations à caractère promotionnel
B. Oui, toute information, y compris à caractère promotionnel, adressée par un prestataire à un client doit respecter les conditions posées par le Code monétaire et financier
C. Uniquement pour les prestataires de services d’investissement réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 20 millions d’euros pendant au moins 2 années consécutives

16 : Quelle information le PSI doit-il obligatoirement donner au client non professionnel ?
A. Les pays dans lesquels il est présent
B. Une brève description des mesures de protection des instruments financiers ou des espèces qu’il détient pour le compte des clients
C. Le nombre de ses effectifs

17 : Quelle proposition suivante est exacte ?
A. Un client professionnel peut demander au PSI à être traité comme un client non professionnel
B. Le Prestataire de Services d’Investissement (PSI) peut décider unilatéralement de classer un client non professionnel par nature en client professionnel
C. Le PSI à l’obligation d’accepter la demande d’un client professionnel d’être traité comme un client non professionnel

18 : Au regard de la réglementation, un client professionnel est un client qui :
A. Possède les connaissances, l’expérience et la compétence nécessaires pour prendre ses propres décisions d’investissement et évaluer correctement les risques encourus
B. Exerce une activité professionnelle telle que commerçant, artisan ou profession libérale
C. A déjà souscrit par le passé à des produits d’épargne

19 : Le prestataire de services d’investissement peut classer ses clients dans les catégories suivantes :
A. Client professionnel ou client non professionnel uniquement
B. Investisseurs ou particuliers
C. Client professionnel, client non professionnel, contrepartie éligible

20 : Parmi ces clients, quels sont ceux qui peuvent avoir la qualité de contreparties éligibles ?
A. Les employés de banque
B. Les notaires
C. Les investisseurs institutionnels