Réussissez votre
Certification AMF

Accédez à plus de 2000 questions corrigées couvrant le programme officiel 2024 de la certification AMF. Révisez chapitre par chapitre, épinglez vos questions préférées, suivez votre progression grace à des statistiques détaillées et entraînez-vous de manière intensive avec nos examens blancs.

4,8/5 sur plus de 500 avis

Plus de 500 clients satisfaits, dont des employés et étudiants de :


Préparez votre Certification AMF
Accédez à plus de 2000 questions !

Entraînez-vous gratuitement à passer la certification AMF : 150 questions du programme 2023

Ce test gratuit de la certification AMF porte spécifiquement sur le thème : de La gestion collective / la gestion pour compte de tiers

Certification amf questions réponses

Répondez à ce questionnaire de la certification AMF pour réviser la thématique La gestion collective / la gestion pour compte de tiers

Dans ces questions à choix multiples, une seule réponse est vraie :

1 : Dans le cadre de la gestion pour compte de tiers, le mandat de gestion :
A. Est une convention par laquelle un client donne pouvoir à un gérant de gérer un portefeuille incluant un ou plusieurs instruments financiers en fonction de ses objectifs, de son expérience et de sa situation
B. N’est jamais géré de manière discrétionnaire par le mandataire
C. Ne mentionne pas l’existence d’un plancher ou d’un plafond pour certaines catégories d’actifs

2 : Quelles obligations un mandat de gestion de portefeuille génère-t-il ?
A. Une obligation de résultat et une obligation de transparence
B. Une obligation de loyauté et une obligation de moyen
C. Une obligation de résultat et une obligation de loyauté

3 : A propos des Organismes de Placement Collectif (OPC), quelle affirmation est juste ?
A. Ils offrent une gestion individuelle d’investissement
B. Aucun agrément n’est nécessaire pour les gérer
C. Leurs activités s’exercent dans un cadre règlementaire européen et français strict

4 : Un mandat de gestion peut être résilié à tout moment par :
A. Le mandant uniquement
B. Le mandant ou le mandataire
C. Le mandataire uniquement

5 : Les OPC doivent respecter les règles de répartition des actifs (ratios) :
A. Uniquement aux dates d’arrêté des comptes
B. En permanence
C. Uniquement le premier jour de leur période de commercialisation

6 : D’une façon générale, quelle est la limite d’investissement pour un même émetteur que doit respecter un OPCVM ?
A. 5 % de ses actifs
B. 20 % de ses actifs
C. 10 % de ses actifs

7 : Quel est l’objectif du ratio d’emprise pour un OPCVM :
A. Il permet à un OPCVM d’influer sur le cours d’un titre composant son actif
B. Il limite la capacité d’un OPCVM d’exercer une influence notable sur la gestion d’un émetteur
C. Il permet à l’OPCVM de déposer auprès de l’AMF un dossier d’OPA sur un émetteur donné

8 : Dans le cadre de la gestion pour compte de tiers, la mention des objectifs de gestion :
A. Est une mention facultative
B. Est une mention obligatoire
C. Est une mention facultative pour les clients professionnels

9 : Que doit préciser, a minima, un mandat de gestion de portefeuille ?
A. Les objectifs de la gestion, les catégories d’instruments financier et le rendement espéré du portefeuille
B. Les objectifs de la gestion, les catégories d’instruments financier et les modalités d’information du mandant
C. Les objectifs de la gestion, les catégories d’instruments financier et le nom du gestionnaire

10 : Quelles sont les obligations des OPCVM en matière de souscription et de rachat ?
A. Les parts ou actions sont émises et rachetées à la demande de l’OPCVM
B. Les parts ou actions sont émises et rachetées à la demande des porteurs
C. Les parts ou actions sont émises et rachetées à la demande de la société de gestion

11 : La gestion discrétionnaire :
A. Cherche à contourner la réglementation
B. S’adresse à des clients uniques
C. Est un type de gestion collective

12 : Sous quelles formes sociales une SICAV peut-elle être constituée ?
A. Société anonyme (SA) ou société par actions simplifiée (SAS)
B. Société anonyme (SA) ou société à responsabilité limitée (SARL)
C. Société par actions simplifiée (SAS) ou société à responsabilité limitée (SARL)

13 : A propos des OPC, quelle affirmation est juste ?
A. Ils offrent aux investisseurs une gestion réalisée par des professionnels permettant une diversification des placements
B. Ils offrent une gestion individualisée d’investissement
C. Aucun agrément n’est nécessaire pour les gérer

14 : Dans le cadre de la gestion d’un OPC, la société de gestion doit pouvoir mesurer le niveau de risque général, les risques de chaque position et le niveau des engagements :
A. Une fois par an, lors de la clôture des comptes
B. A tout moment
C. Une fois par trimestre, à la demande des Commissaires aux Comptes

15 : Quel règlement encadre l’activité d’administration d’indices de référence ?
A. Le règlement européen 1286/2014, dit « PRIIPS »
B. Le règlement européen 2016/1011, dit « Benchmark »
C. La directive 2014/17/UE, dite « DCI »

16 : Un administrateur peut-il externaliser les fonctions liées à la fourniture d’un indice de référence ?
A. Oui, à condition que cette externalisation ne compromette pas significativement le contrôle qu’il exerce sur cette fourniture ou la capacité de l’autorité compétente concernée à surveiller cet indice de référence
B. Non, en aucun cas car il s’agit de fonctions hautement sensibles
C. Oui, librement car ces fonctions sont dérisoires et sont insusceptibles d’être une source de conflit d’intérêts

17 : L’écart entre la performance d’un actif financier et celle d’un indice de référence sur une même période correspond à la :
A. Performance absolue
B. Performance relative
C. Performance ajustée

18 : La performance annuelle d’un OPCVM de capitalisation est :
A. La variation de sa valeur liquidative sur une année exprimée en pourcentage de la valeur liquidative de départ
B. Le rapport entre la valeur liquidative de départ et celle d’arrivée un an après
C. La multiplication de la valeur liquidative de départ par la valeur liquidative d’arrivée un an après

19 : Qu’est-ce que l’horizon de placement ?
A. Il s’agit de l’objectif que se fixe un investisseur quant au rendement d’un produit financier (par exemple 2 % sur un an)
B. Il s’agit de la durée pendant laquelle un investisseur envisage de détenir un produit financier (court, moyen ou long terme)
C. Il s’agit du type de produit financier qu’un investisseur envisage d’acquérir (action, obligation…)

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder aux réponses de ces 19 questions de la certification AMF !